Toutes les news communication, communication finance, communication digitale, rp et relations medias
Articles
La réforme de la distribution de la presse attendue pour novembre
03 aout 2018     #Médias

Le rapport Schwartz, qui propose de réformer la distribution des journaux et des magazines, a été remis à la Ministre de la Culture. Les dix propositions qui y sont formulées ont notamment pour but d’actualiser la loi Bichet qui date de 1947 et régit le secteur.  

 

Moderniser la distribution de la presse


Marc Schwartz, conseiller maître à la Cour des comptes et ex-Directeur de cabinet de la Ministre de la Culture, a remis fin juillet son rapport pour refondre entièrement la distribution des journaux et des magazines en France. Objectif : faire évoluer la loi Bichet et éviter d’autres situations de crise comme celle subie par Presstalis. Le rapport indique notamment que « l’organisation du système (...) est devenue inadaptée pour faire face aux mutations structurelles du secteur et à l’attrition continue des volumes ». Ainsi, la mission préconise « une transformation profonde », notamment des outils juridiques utilisés. Marc Schwartz a donc échangé avec plus de soixante-dix acteurs de la filière pour mettre au point dix propositions afin de moderniser la distribution de la presse.  

 

Un accès plus ciblé aux titres de presse

 

Aujourd’hui, les éditeurs sont confrontés à des enjeux majeurs pour diffuser leur journaux ou médias. Ainsi, le salon sera l’occasion d’aborder les thématiques pour « mieux produire », « mieux vendre » et « mieux diffuser ». Une réflexion globale sur la place de la presse dans les médias du futur sera également engagée. Produire de nouveaux contenus sur les réseaux sociaux, des vidéos rédactionnelles, interagir avec le lecteur, faire de la publicité digitale, mieux vendre au numéro, s’adapter à la presse numérique avec les nouveaux marchands de journaux, monétiser, utiliser les datas,… sont autant de points qui seront soulevés durant les deux jours.Selon le rapport, la situation actuelle conduit à « des dysfonctionnements majeurs et des excès peu contrôlables : inflation du nombre de titres, volumes excessifs « poussés dans les réseaux », taux élevés d’invendus, dégradation des conditions d’exercice dans les points de vente »... Il préconise notamment de relancer vigoureusement le marché de la vente au numéro (dans les kiosques, chez les marchands de presse) qui est fortement concurrencé par l’expansion d’internet. Pour redynamiser les ventes, il faudrait notamment réduire le nombre de titres. En effet, on compte aujourd’hui en effet plus de 4 400 magazines en France, soit le plus grand nombre par habitant (7 pour 100 000 habitants, soit plus qu’au Royaume-Uni, en Allemagne ou encore aux Etats-Unis). Pourtant, la diffusion n’est pas significativement plus développée. Le rapport émet également l’idée de distinguer la presse d’information politique et générale, des titres plus spécialisés, qui pourront eux être distribués dans des zones adaptées à leur offre.

Par ailleurs, il est également proposé d’envisager l’extension de la loi à la diffusion numérique, en forte croissance (+ 42,3% en 2017 selon l’ACPM).

Ainsi, dix propositions sont formulées dans le rapport Schwartz. Elles décrivent ce qui constituerait « une réforme ambitieuse de la distribution de la presse, qui permettrait de concilier pluralisme, diversité et efficacité économique ». Une concertation publique est lancée jusqu’en septembre. Le texte de loi devrait être prêt à l’automne, selon le souhait du Ministère de la Culture.